Jean McEWEN

(1923-1999)


Jean McEwen (1923-1999)

Encre de Chine, encre bleue et aquarelle sur papier
Titre: Belle-Ile-En-Mer
1952
Format: 28 x 35.5 cm
Provenance:
Collection de l'artiste (1988)
Galerie Waddington & Gorce (1992)
Collection particulière 1992-2020
Exposition: 
Jean McEwen, La profondeur de la couleur,  cat. 72
11 décembre 1987-24 janvier 1988
Musée des Beaux-Arts de Montréal


Jean Mc Ewen 1952
En 1952 Mc Ewen se trouve à Paris dans une conjoncture exceptionnelle, qui lui permet de découvrir à la fois l'oeuvre de Riopelle, de Sam Francis et de Jackson Pollock, ainsi que l'art des musées. Ceux de Paris, bien sûr, mais aussi ceux d'Espagne et d'Italie, qu'il visite au printemps, et ceux de Hollande, qu'il voit à l'automne. Durant l'été, il fait, en compagnie de Riopelle, un séjour à Belle-Ile-en-Mer, séjour qui s'avère décisif sur sa peinture.
Mc Ewen fait ses débuts à Paris en participant en décembre à un accrochage de groupe chez Nina Dausset avec Riopelle, Serpan et Sam Francis, parmi d'autres.


La présente oeuvreest ici cataloguée numero 72, 
Jean Mc Ewen, La profondeur de la couleur, p. 121
Jean Mc Ewen 1952
Jean Mc Ewen 1952
L'examen d'une série d'encres sur papier exécutées durant l'été en Bretagne à Belle-Ile-en-Mer, permet de constater que ces petits travaux ont joué un rôle moteur dans l'abandon de la référence au paysage, ou du moins aux motifs végétaux. À un réseau de taches d'encre de couleurs très vives se superpose un réseau de taches noires à l'encre de Chine qui n'a rien de linéaire, à la différence de celui qu'ont retrouve dans les aquarelles de Riopelle de la même période.
Dans le cas de Mc Ewen, il s'agit plutôt d'une articulation de deux réseaux mis en rythme l'un par l'autre. Et ce rythme est ici purement formel, le peintre ayant abandonné toute velléité de transcrire le mouvement des vagues.


 

Jean Mc Ewen 1952
Oeuvres comparés avec McEwen (Coll. du Musée)/ Riopelle en 1952
Jean Mc Ewen, La profondeur de la couleur, p. 24/25
 
© Copyright galeriecazeault.com